Des défections a renversé le mouvement d’Abdel Wahid


Rapport (smc)


Peut-être que les défections parmi les mouvements du Darfour donnent une forte indication du manque de vision politique cohérente.
Le refus des dirigeants de ces mouvements (injustifiés) de négocier une solution pacifique à la crise qu’ils ont créée au Darfour a conduit la plupart d’entre eux à une impasse,c‘est le sort auquel fait face Abdul Wahid, et nous constatons que toute l’analyse politique précédente peut germer à sa sortie du jeu progressivement,
  Nous constatons que La faction d’Abdul Wahid a été ravagé par les guerres à Djebel Marra, qui ont entraîné la mort de dizaines de ses partisans, y compris des leaders de terrain éminents, tandis que d’autres ont eu recours à la scission ou à la paix pour la paix.

Mais la série de défections au sein de la faction Abdul Wahid n’a pas commencé récemment, mais est apparue depuis qu’Abdul Wahid a repris le poste de président du Mouvement de libération du Soudan, qui s’est annoncé en 2002.

Abdel Wahid a la mentalité des fossilisés et la personnalité autoritaire, ce qui a transformé le Mouvement de libération du Soudan en petits groupes dispersés par les dirigeants fondateurs,

Certains d’entre eux ont signé un accord de paix avec le gouvernement et certains d’entre eux ont créé un mouvement ou une faction indépendante, tandis que d’autres se sont tournés vers l’affaire ou se sont joints à d’autres mouvements.

Selon M. Yasser Tayeb porte-parole officiel du mouvement du libéral et de la réforme, un mouvement dissident d’Abdul Wahid, que Le Mouvement de libération du Soudan (SLM) a connu des divisions politiques et de terrain à partir de la conférence de Haskanita qui s’est tenue fin 2005. C’était la fin des désaccords précédents entre Abdel Wahid et son secrétaire général (Meni Arko Minnawi),Il a ajouté que la décision d’isoler Abdel Wahid à la conférence (Haskanita) est venue la décision d’un certain nombre de dirigeants qui ont exprimé leur insatisfaction à l’égard du travail de l’organisation et que leur président Abdul Wahid dictateur,en plus d’être impliqué dans la corruption financière, de récolter des fonds pour ses propres intérêts et d’attiser le racisme au sein de l’armée du mouvement.

M. Yasser Tayeb ajoute que au cours de négociations qui a débuté fin novembre 2005 (Abuja),Abdul Wahid a décidé d’interrompre les négociations en s’adressant à l’Union africaine et en retirant les représentants du mouvement des négociations et en annulant leur mandat pour des déclarations personnelles entre lui et Minnawi, le qualifiant d’homme de paix et rejetant toutes les plateformes de paix.

Ibrahim Ishaq, un chef dissident du mouvement a déclaré avoir rencontré un groupe de dirigeants politiques et militaires à l’hôtel (Shida) à Abuja et qu’ils ont pris la décision de retirer Abdul Wahid de la présidence du mouvement et de nommer de son adjoint Khamis Abdullah Abker et de garder la délégation en négociation avec le gouvernement tel qu’il est.

Quand Abdul Wahid a refusé de signer l’accord d’Abuja, un autre groupe de dirigeants, notamment Ali Dinari, Fadil Zakaria, Ahmed Kubar, Bukhit et Farouj et Ismail Agbash, a décidé de renvoyer à Abdul Wahid après l’avoir officiellement interrogé, lui demandant d’assister au forum pour discuter des affaires du mouvement.Cependant, Abdel Wahid n’est pas venu mais a caché l’affaire de l’Union africaine, le parrain des négociations.

Isaac a ajouté que la défection du groupe d’Abu al-Qasim Imam, qui a signé le document de paix de Doha, a été dépouillée d’Abdul Wahid et a rejoint le dialogue national en tant que faction.Abdul Wahid vit dans des conditions difficiles, où la majorité de ses membres sont des enfants, ce qui a conduit à la propagation du phénomène de la toxicomanie et les maladies de la malnutrition et de la maladie mentale et les incidents suicidaires.