Finance : un ancien dirigeant du hedge fund Och-Ziff inculpé pour fraude par la justice américaine

Par Jeune Afrique

Un ancien cadre dirigeant du hedge fund Och-Ziff, ciblant notamment l’Afrique pour ses placements, a été inculpé pour fraude par la justice américaine. Il aurait tenté de s’enrichir aux dépens d’une fondation caritative britannique, a-t-on appris ce mercredi.

Ancien directeur des opérations européennes, moyen-orientales et africaines de Och-Ziff Capital Management, Michael Cohen a été inculpé pour fraude et conspiration, parmi d’autres chefs d’accusation, selon un document déposé en octobre et rendu public mercredi 3 janvier par le tribunal fédéral du district de Brooklyn.

Och-Ziff est un hedge fund, un fonds spéculatif, coté en bourse, qui gère 33 milliards de dollars d’actifs à travers divers fonds. Ciblant l’Afrique comme pour ses placements, l’entreprise a créé en 2008 deux véhicules financiers pour investir dans les mines et le pétrole sur le continent.

Accusé d’avoir tenté de s’enrichir aux dépens d’une fondation caritative

Cette année-là, une fondation caritative britannique non identifiée a accepté d’investir 200 millions de dollars dans l’un de ces fonds d’investissement. Le procureur accuse Michael Cohen d’avoir mis en place un plan pour s’enrichir aux dépens de cette organisation. Cohen aurait également dissimulé un conflit d’intérêts lié à un investissement dans une société minière.

Une partie des actions de cette compagnie minière avait été vendue à l’un des fonds d’investissement africain d’Och-Ziff par un « co-conspirateur » anonyme, qui devait 18 millions de dollars à Cohen pour l’achat d’un yacht de luxe. Cette personne a ensuite utilisé le produit de cette vente pour rembourser partiellement son prêt personnel, selon l’acte d’accusation.

Ce n’est pas la première fois que le fonds Och-Ziff ou ses dirigeants ont un différend avec la justice américaine. En septembre 2016, l’entreprise avait été condamnée à payer une amende de 413 millions de dollars à la justice américaine, pour avoir versé des pots-de-vin à des dirigeants dans plusieurs pays africains, dont le Zimbabwe, le Tchad, la Guinée, le Niger, la RD Congo et la Libye, sous le régime de Mouammar Kadhafi.