Le gouvernement soudanais: les pratiques politiques doivent être conformes à la loi et à la constitution,

Khartoum (SMC)

Le gouvernement soudanais a réitéré son rejet catégorique de toute pratique politique en dehors du cadre de la loi et de la Constitution, au moment où il a déclaré que les procédures juridiques à prendre par l’État contre certains partis d’opposition sera en conformité avec les événements commis.

Mamoun Hassan, ministre d’État au ministère de l’Information, a déclaré dans une déclaration à (SMC) que les pratiques politiques doivent être conformes à la loi et à la constitution, soulignant que le gouvernement ne refuse pas que les partis politiques organisent à  leurs sièges des programmes, à condition qu’ils soient conformes à la loi et à la Constitution.

Hassan a souligné que l’Etat s’acquitterait de son devoir de protéger les citoyens, de ne pas permettre le sabotage et de déstabiliser la sécurité du pays, et a déclaré qu’il y avait une surveillance de tous les actes négatifs commis par les partis d’opposition.

Le ministère de l’Information a publié une déclaration révélant que le gouvernement avait entamé des poursuites judiciaires contre les partis de l’opposition (les forces de la Déclaration de liberté et de changement), à la lumière d’accusations selon lesquelles ces partis prôneraient la violence et le terrorisme politique et intellectuel.