Le président soudanais reçoit le premier prix de la dignité africaine :

SMC

Le président soudanais Omar Hassan Al Bashir a reçu le premier «Prix de la Dignité africaine» à Addis-Abeba après un forum d’une semaine visant à fonder les efforts de développement en Afrique sur les systèmes de connaissances autochtones Africains.
Le prix était pour, entre autres, sa direction et son engagement pour les institutions africaines.
«C’est un honneur pour le peuple soudanais que je porte ce prix. C’est est un honneur pour ce peuple  qui a rejeté et a  résisté à l’oppression, la tyrannie et la colonisation sous toutes ses formes. Les dirigeants des pays africains doivent intensifier notre lutte contre la discrimination et de l’injustice», a-t-il dit lors du forum de  la semaine dernière.
L’initiative a été lancée en partenariat avec l’Université des Nations Unies pour la paix (UPEACE),  les organisations de l’éducation islamique,  scientifique  et  culturelles.  Le siège de la diversité culturelle basée à l’Institut des Relations Internationales au Cameroun, l’Institut pour la paix et les conflits- réseau d’études africaines en Tanzanie et le Centre pour l’Etude de la Paix et de droits de l’homme au Soudan.
Dans sa déclaration à l’occasion, Al Bashir a dit: “Cet honneur va mettre la responsabilité sur moi et mes collègues, les dirigeants des pays africains, à intensifier notre lutte contre la discrimination et l’injustice.”
Il a appelé les dirigeants africains à prendre des mesures concrètes en faveur du respect des mécanismes de justice africaine pour renforcer la dignité africaine et les droits humains, de  la signature et la ratification de tous les traités et conventions de l’Union africaine et à la consolidation des institutions africaines.

Au début du Forum, le premier ministre adjoint DemekeMekonnen a déclaré que l’Ethiopie est toujours à l’avant-garde dans la lutte pour le respect de la dignité des peuples africains comme illustré dans le soutien aux «solutions africaines aux problèmes africains» qui est défendu académiquement par l’Institut d’études  de  la Paix et de  la Sécurité de l’AUA ( l’association des universités américaines).

Le vice-premier ministre a également souligné l’importance du Forum  en se référant à deux raisons. «Le premier c’est que les Africains ont beaucoup des choses  en commun et la deuxième est que  nos problèmes peuvent être résolus de façon durable par nous-mêmes.”
Selon lui, la dignité africaine ne se limitera pas à un événement, il préfère être un résultat d’un groupe d’événements dont le lancement de l’événement restera parmi les plus importants.
Le directeur de programme régional africain UPEACE, Dr. Samuel Kale,  a déclaré à l’Ethiopien Herald que la Forum  de la dignitéafricain sert fournir une introspection sur les défis qui confrontent  les africains dans un environnement mondial asymétrique.

Il a dit, «L’Afrique n’est pas un nouveau continent, il est un berceau du genre humain. En conséquence, les Africains doivent exiger le respect et la dignité. Nous ne devrions pas être regardé comme inférieur dans l’environnement mondial “.
Il a également déclaré: «L’injustices est arrivé sur l’Afrique», dont le refus de siège permanent pour l’Afrique au Conseil de sécurité des Nations Unies alors que le fait sur le terrain montre que 70 pour cent du conflit mondial est itinérant en Afrique.

Il a également dit que les institutions mondiales telles que le fond monétaire international et la Banque mondiale ne travaillent pas aux exigences des populations africaines.

Il a vivement critiqué la CPI pour des engrenages de ses opérations vers la plupart des Africains. “En conséquence,” il a dit, “Le Forum va parler plus fort pour briser ces injustices et d’éclairer la société mondiale.”