Le Soudan et la réunion des pays voisins “République centrafricaine” ,,, La recherche de la stabilité régionale

(SMC)

Au début de la nouvelle année, le Soudan devrait participer le 8 janvier à la conférence des pays voisins de la République centrafricaine, qui se tiendra dans la capitale (Bangui), selon les médias.

L’engagement du Soudan dans les questions régionales conformément à sa diplomatie qui est basé sur le bon voisinage, sa coopération mutuelle, son échange d’expériences et sa stabilité. Dans ce contexte, la semaine dernière, le Soudan a nommé l’ambassadeur Abdul Raouf Amer à titre d’ambassadeur extraordinaire à Bangui.

Réunion à Bangui ,, une volonté régionale

Selon une source diplomatique soudanaise la semaine dernière, “la réunion se tient à l’invitation de l’Union africaine et des Nations Unies pour se consulter sur le début de négociations, sur la réalisation de la paix entre les parties en conflit en République centrafricaine”,a également souligné que il y a une forte réaction des parties centrafricaines et des démarches intenses des médiateurs pour le succès du processus de paix. ”

La participation planifiée du Soudan est une  volonté régionale et internationale pour réaliser la paix en République centrafricaine ,après l’éclatement du conflit sectaire dans le pays en 2012,  là où la communauté internationale a été incapable de réaliser la paix,dans ce pays malgré la présence de forces françaises et d’autres forces internationales des Nations Unies, États-Unis, ainsi qu’une présence russe .

 

Négociations du Khartoum: une avancée décisive vers la paix

En août, le Soudan a organisé, en coordination avec la Russie, une série de négociations qui ont rassemblé des représentants des deux factions les plus importantes du conflit sectaire dans le pays: À savoir: “Ante Balacca”, qui

Négociations à Khartoum: une avancée décisive vers la paix

En août, le Soudan a organisé, en coordination avec la Russie, une série de négociations qui ont rassemblé des représentants des deux factions les plus importantes du conflit sectaire dans le pays, À savoir: “Ante Balacca”, qui représente les chrétiens, et “Silica”, qui représente les musulmans.

L’un des résultats les plus importants de cette série est que les parties participant  se sont engagées à travailler ensemble pour parvenir à la paix dans ce pays déchiré par une guerre sanglante.

Khartoum,,, Des efforts continus déployés aux niveaux régional

 

Bien que le Soudan soit prêt à poursuivre ses efforts pour parvenir à la paix entre les parties centrafricaines, toutefois, le prochain série de négociations, prévu pour novembre prochain, a été reporté à la demande du gouvernement soudanais de l’Union africaine.

L’Union africaine a adopté l’initiative des pays des Grands Lacs visant à instaurer la paix en République centrafricaine l’année dernière, mais elle est restée bloquée en raison de la complexité du conflit en République centrafricaine et du croisement des intérêts entre les pays de la région d’une part, et les intérêts de la communauté internationale de l’autre.

Depuis lors, le ministère soudanais des Affaires étrangères a poursuivi ses efforts pour mobiliser le soutien diplomatique en vue du succès du prochain série des négociations centrafricaines en consultation avec tous les États concernés.

Voisinage régional et la recherche de stabilité

Les efforts du Soudan ne se limitent pas à un pays de son grand voisinage, le Soudan a réussi à mettre fin au conflit sanglant dans l’État du Sud-Soudan, qui a abouti à la signature de l’accord de paix à Khartoum en août 2018 sous la médiation de l’IGAD et avec le soutien de la communauté internationale après que la communauté internationale ait désespéré de mettre fin à ce conflit.

Le Soudan s’est engagé dans divers mécanismes régionaux visant à la stabilité et à la sécurité régionales face à des menaces communes. en août dernier, Khartoum a pris part à la réunion, qui s’est tenue à N’Djamena, capitale du Tchad, au niveau d’experts pour discuter la question de la sécurité des frontières, à laquelle ont participé le Soudan, le Niger, la Libye et le Tchad.

Des efforts saluées par la communauté internationale

La diplomatie soudanaise est appréciée à la fois par les grands pays et par la communauté internationale et ses initiatives diplomatiques font des efforts dans des dossiers très complexes, avec lesquels la communauté internationale a beaucoup de difficulté à les traiter.

Par exemple, la question libyenne et l’activité dangereuse des réseaux transnationaux qui menacent l’Europe, Alors que le Soudan, en raison de son intérêt pour les questions de sécurité et de stabilité et de la présence de groupes menaçant sa sécurité nationale dans le sud de la Libye, est mieux placé que d’autres pour intervenir.

C’est le cas du conflit dans le sud du Soudan et du conflit prolongé en République centrafricaine, où la réunion de Khartoum sera une autre occasion pour montrer la capacité du Soudan à une intervention positive pour aider les parties en République centrafricaine à résoudre leurs différends par la négociation.

Allégations contre le Soudan

Pour le Soudan, l’enjeu de la République centrafricaine n’est pas seulement un conflit armé dans un pays voisin, mais un enjeu essentiel pour la réalisation de la paix dans son voisinage, ce qui se reflète dans ses intérêts et sa sécurité nationale.

Outre l’implication du Soudan dans les mécanismes régionaux destinés à mettre un terme au conflit en République centrafricaine, c’est également l’occasion de réagir aux informations erronées rapportées par certaines parties hostiles selon lesquelles le Soudan armerait certaines des parties dans ce pays, ou d’aider les réseaux qui font passer en contrebande des biens rares, des armes et des minéraux.

Les groupes de pression occidentaux hostiles au Soudan sont à l’origine de ces allégations contre le Soudan. Ils s’opposent à toute amélioration de ses relations extérieures pour être toujours sous le blocus.