Les trois principaux candidats à la présidence congolaise

 

Dix-sept candidats sont en lice pour succéder à Joseph Kabila ce dimanche. Parmi eux, trois ont plus particulièrement marqué la campagne : le candidat du pouvoir Emmanuel Ramazani Shadary et deux opposants, Martin Fayulu et Félix Tshisekedi.

Trois candidats font figure de poids lourds pour l’élection présidentielle. Et parmi eux, il y en a deux que personne n’attendait vraiment.

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin

A commencer par le candidat du pouvoir, Emmanuel Ramazani Shadary, dont la désignation par Joseph Kabila en août dernier a créé la surprise. Choisi pour sa loyauté envers le chef de l’Etat pour les uns, pour sa maniabilité pour les autres, il avait été désigné quelques mois après sa nomination comme numéro deux du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD).

Emmanuel Ramazani Shadary, 58 ans, est un fidèle de Joseph Kabila. Début 2017, alors ministre de l’Intérieur, il avait supervisé la répression des manifestations contre un troisième mandat, ce qui lui vaut d’être sous sanctions de la part de l’Union européenne depuis un an et demi.

Martin Fayulu, le nouvel homme de l’opposition

Autre personnalité inattendue : Martin Fayulu, 62 ans. Même s’il est de toutes les manifestations contre le pouvoir depuis 2015, le candidat n’était pas la figure politique la plus connue au sein de l’opposition lorsqu’elle a décidé de désigner un candidat unique en novembre à Genève. Il dirige aujourd’hui la coalition de l’opposition Lamuka.

Issu du secteur privé, cet ancien PDG du géant pétrolier ExxonMobil est à la tête d’un petit parti, mais les différents soutiens dont il bénéficie, notamment celui de Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi, lui permettent d’avoir des relais dans toutes les provinces. Ses meetings ont beaucoup mobilisé pendant la campagne.

Félix Tshisekedi, la stratégie du tandem

Troisième personnalité de ce scrutin présidentiel : Félix Tshisekedi, 55 ans, soutenu par un autre ténor de la politique, Vital Kamerhe. Tous les deux ont fait campagne ensemble ces dernières semaines après s’être désolidarisés de l’accord signé à Genève pour un candidat unique de l’opposition.

Les deux hommes ont conclu un accord électoral : Félix Tshisekedi s’est engagé à nommer Vital Kamerhe au poste de Premier ministre s’il est élu et à soutenir un candidat de son parti, l’Union pour la nation congolaise (UNC), lors de la présidentielle 2023.

L’un des principaux atouts du candidat Tshisekedi, c’est l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti créé par son père mort l’année dernière, présent sur l’ensemble du territoire et très structuré.

Par RFI