L’Union du Soudan veut que les journalistes égyptiens soient expulsés

SMC-

Le syndicat des journalistes soudanais a demandé mardi au gouvernement d’expulser des journalistes égyptiens du pays après que le Caire ait refusé l’entrée à deux journalistes soudanais qui se sont rendus en Egypte.

Le Syndicat des journalistes soudanais a déclaré que le Caire avait refusé l’entrée à deux journalistes soudanais et les a expulsés à la maison et, en réponse, a exigé l’expulsion de tous les journalistes égyptiens basés au Soudan. “Le syndicat appelle le gouvernement à répondre de la même manière en expulsant tous les représentants des médias égyptiens basés au Soudan, y compris les journalistes des médias d’Etat égyptiens”, at-il déclaré.

Les deux journalistes soudanais déportés étaient le chroniqueur Al Tahir Satti et le journaliste Eman Kamaleddin. Satti est un critique connu des autorités égyptiennes.

Kamaleddin a été expulsé de l’aéroport du Caire le lundi soir, 24 heures seulement après la libération de Satti en Egypte, a déclaré le syndicat. Les médias soudanais ont également signalé que les deux avaient été privés d’entrée en Egypte.

La déclaration du syndicat a déclaré: “Ce ciblage est clair de tous les journalistes soudanais”, ajoutant: “L’intelligence égyptienne tente de blâmer les journalistes soudanais pour l’échec de la politique égyptienne vis-à-vis du Soudan”.

Le syndicat a exhorté ses membres à cesser de voyager en Egypte même pour des examens médicaux et à visiter des pays qui respectent les journalistes soudanais.

“Il demande également aux autorités d’interdire toutes les publications égyptiennes de vendre au Soudan et ordonne aux réseaux de télévision et de radio soudanais d’arrêter de diffuser des informations égyptiennes”.

Les relations entre les voisins Le Caire et Khartoum ont été tendues ces derniers mois après que Bashir ait accusé les services de renseignement égyptiens de soutenir les membres de l’opposition soudanaise qui combattent leurs troupes.

Les deux pays sont maintenant engagés dans des initiatives diplomatiques de haut niveau pour améliorer leurs relations, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, à Khartoum la semaine dernière pour un entretien avec son homologue soudanais, Ibrahim Ghandour.

Un point de contestation entre le Caire et Khartoum a également été l’occupation égyptienne du triangle Halayeb, qui se trouve près de la mer Rouge dans une région frontalière riche en minéraux.

Halayeb fait partie du territoire souverain du Soudan depuis son indépendance en 1956.