ROSATOM VA CONSTRUIRE LA PREMIÈRE CENTRALE NUCLÉAIRE DU SOUDAN

Le géant du nucléaire russe Rosatom a rendu public la dernière semaine de l’année 2017 la signature d’un accord-cadre avec le gouvernement soudanais portant sur le développement du nucléaire civil et la construction prochaine d’une centrale nucléaire au Soudan. Ce nouveau partenariat, conclu jeudi 21 décembre à Khartoum, permettra à ce pays d’Afrique subsaharienne de stabiliser sa production d’électricité et de sécuriser son approvisionnement.
Frappé par de lourdes pénuries d’électricité ces dernières années, le Soudan est favorable au développement de l’énergie nucléaire et cherche aujourd’hui à construire plusieurs réacteurs afin de répondre à sa demande croissante d’électricité. Le président soudanais Omar el-Béchir considère en effet l’atome comme la réponse adéquate à tous les problèmes énergétiques auxquels fait face actuellement son pays. Dans ce contexte et selon un communiqué publié par l’agence Rosatom, la Russie s’est associée avec le gouvernement soudanais dans le cadre d’un contrat stratégique de partenariat, et coopérera avec le Ministère soudanais des ressources en eau et électricité afin d’aider au développement de l’énergie nucléaire dans la prochaine décennie au Soudan, et favoriser la construction de la première centrale nucléaire du pays.
Garantir la sécurité énergétique du Soudan
« Le développement de la technologie nucléaire permettra au Soudan de faire face à son problème de sécurité énergétique. Il s’agit d’un projet stratégique qui déterminera la nature des relations entre nos deux pays pendant longtemps », s’est félicité Rosatom dans ce communiqué. « Dans le cadre de l’étude de faisabilité du projet de construction d’une centrale nucléaire, le choix du site sera examiné et les paramètres clés seront définis », dont le calendrier et le financement, est-il indiqué. Ce contrat intervient un mois après la signature entre Moscou et Khartoum d’un accord de coopération dans le nucléaire civil à l’occasion d’une visite du Président soudanais fin novembre à Sotchi, durant laquelle les deux partenaires avaient évoqué « la possibilité de construire un Centre des sciences et des technologies nucléaires, ainsi qu’une centrale nucléaire sur le territoire du Soudan ».
Précisons toutefois que la Russie n’est pas le seul candidat en lice sur ce marché prometteur. La compagnie chinoise CNNC a également signé en mai 2016, deux accords-cadres avec le gouvernement soudanais pour la construction d’un réacteur nucléaire de 600 MW.

 

Source : lenergeek.com