Soudan : beaucoup d’attentes après la levée annoncée de l’embargo américain

Après deux décennies de sanctions économiques, les Etats-Unis ont annoncé vendredi la levée de l’embargo en vigueur au Soudan. Une normalisation des relations soudano-américaines qui augure des lendemains meilleurs pour l’économie soudanaise pénalisée par 20 ans d’isolement sur les marchés mondiaux.


(Ecofinance.sn Dakar ) – Les Etats-Unis ont pris la décision, vendredi 6 octobre, de normaliser leurs relations diplomatiques et commerciales avec le Soudan de Omar Hassan al-Bashir, après 20 ans de sanctions économiques imposées au pays africain. La levée de certaines des sanctions américaines (l’embargo sur les armes est maintenu), qui sera effective le 12 octobre, devrait permettre à l’économie soudanaise de respirer un grand coup après deux décennies d’étouffement.

Outre les sanctions économiques, marquées également par la restriction des transactions bancaires internationales, mais aussi «les échanges de technologie ou le commerce de pièces détachées», le voisin du Tchad s’est vu amputé de la plus grande partie de ses revenus pétroliers. Le Soudan du Sud a fait sécession de la République du Soudan le 9 juillet 2011. Or, le sous-sol de la plus jeune nation au monde est réputé très riche en pétrole.

Mais aujourd’hui, avec la levée annoncée des sanctions économiques contre Khartoum qui devrait mettre fin à l’isolement du Soudan sur les marchés internationaux, ce sont des lendemains meilleurs qui s’annoncent pour la santé des finances du pays.

Combattre la corruption
Selon Mohamed El Nair, professeur d’économie à l’université El Mughtaribeen de Khartoum, interrogé par l’Agence de presse française, «la levée de ces sanctions va aider le Soudan à accéder aux nouvelles technologies et au marché financier international, ce qui lui permettra de mieux gérer ses importations et exportations».

Parmi les secteurs que la levée de l’embargo devrait notamment impacter figurent le transport aérien (avec le retour d’Airbus et Boeing, qui ont suspendu leurs activités au Soudan), la santé et l’éducation, indique la même source qui préconise cependant une intensification de la lutte contre la corruption pour «revivifier l’économie du pays». Le gouvernement «doit réduire ses dépenses, combattre la corruption et améliorer l’environnement général des affaires dans le pays», insiste l’universitaire.

De son côté, selon l’AFP, le Fonds monétaire international attend des «réformes économiques téméraires et larges» pour «doper» la croissance soudanaise et «renverser» la tendance actuelle «vers une stabilité macro-économique et une croissance plus large».