Soudan: Des mesures strictes contre les spéculateurs de devises et les contrebandiers d’or

AA/ Khartoum / Bahram Abdel Monaim

Le Procureur général au Soudan, Omar Ahmed Mohammed, a appelé, lundi, à prendre des mesures légales strictes contre les spéculateurs de change et les trafiquants d’or et les a considérés comme des “saboteurs” de l’économie locale.

Mohammed s’exprimait à la suite d’une réunion d’urgence présidée par le Chef d’État soudanais Omar el-Béchir, en présence du Premier ministre Bakri Hassan Saleh, du Directeur des services de sécurité et de renseignement, Mohamed Atta al-Moula Abbas ainsi que de nombreux responsables. La réunion s’est tenue pour discuter de la détérioration du prix de la livre soudanaise.

Dans une déclaration accordée à Anadolu, le Procureur général soudanais Omar Ahmed Mohammed a indiqué que : “Des poursuites seront engagées contre les négociants en devises, dans le cadre de mesures urgentes pour contrôler le taux de change et éliminer les violations”.

Mohammed a qualifié le commerce des devises étrangères “d’un comportement destructeur de l’économie nationale”.

Dans un communiqué de presse publié à l’issue de la réunion, le Procureur général a déclaré que “Les procureurs (spécialisés et publics) devront accuser les commerçants de devises, les courtiers et les négociants de saboter l’économie nationale, de blanchiment d’argent et de soutien au terrorisme”.

Il a souligné que les accusations incluaient «des activistes dans la contrebande d’or et des devises».

En réponse à la détérioration de la livre soudanaise par rapport au dollar, Khartoum a adopté une série de mesures pour stabiliser sa monnaie par rapport au billet vert.

Le dollar a légèrement baissé après la levée de l’embargo sur le Soudan en octobre dernier, atteignant 17 livres avant de franchir les barres de 20 et de 24 livres, à la fin du mois dernier, pour dépasser la barrière de 28 livres au cours de la semaine passée.

Le 6 octobre écoulé, l’Administration américaine a levé les sanctions économiques et l’embargo commercial imposé au Soudan depuis 1997, grâce à l’engagement de ce dernier dans le plan des «cinq voies».

Ce plan comprend la coopération avec Washington dans la lutte contre le terrorisme, la contribution à la paix au Soudan du Sud qui a fait sécession en 2011, ainsi que la facilitation de l’accès de l’aide aux personnes touchées par les conflits armés au Soudan.