Soudan du Sud : les rebelles ouvrent un couloir humanitaire près de l’Ethiopie

JUBA,  (Xinhua) — Les rebelles sud-soudanais de l’Armée populaire de libération du Soudan dans l’opposition (APLS-O) ont annoncé vendredi avoir autorisé le passage de convois humanitaires vers Pibor (est), près de l’Ethiopie, pour la première fois depuis la reprise des violences en 2016.

Le porte-parole du groupe dans la région de Bieh (est), John Daniel Bol, a précisé dans un communiqué qu’ils avaient autorisé, sur ordre de leur chef Riek Machar, de laisser entrer à Pibor des convois d’aide du Programme alimentaire mondial (PAM) venus du comté d’Akobo-Est.

Plusieurs ONG telles que Médecins sans Frontières (MSF) avaient suspendu leurs opérations dans la région en raison d’attaques armées et de pillages de leurs centres.

Pibor a également connu du vol de bétail et des enlèvements d’enfants commis par la tribu Murle, laquelle pose aussi des problèmes dans la région éthiopienne de Gambela.

L’ouverture de ce couloir survient après que l’armée et les rebelles ont discuté mardi des moyens de forger l’unité du pays et de renforcer la mise en œuvre d’un récent accord de paix.

Lam Paul Gabriel, porte-parole adjoint de l’APLS-O, a ajouté que son groupe ouvrirait également les accès entre Yei et Lainya, ainsi qu’entre Lasu et Kaya dans la province d’Equatoria-Central (sud), théâtre autrefois de violences.

Le Soudan du Sud a sombré dans la guerre civile fin 2013, provoquant rapidement l’une des plus graves crises de réfugiés au monde. L’ONU estime qu’environ quatre millions d’habitants sont devenus des déplacés ou des réfugiés.

Un accord de paix signé en août 2015 a volé en éclats à la suite de nouvelles violences dans la capitale, Juba, en juillet 2016. En vertu d’un nouvel accord de paix signé en septembre dernier, l’ancien vice-président Riek Machar doit être réintégré dans ses fonctions au côté du président Salva Kiir.