Soudan: l’armée appelle à la reprise des pourparlers alors que les manifs s’intensifient

Les dirigeants militaires soudanais ont invité les représentants des manifestants à prendre part à une nouvelle série de pourparlers sur le transfert du pouvoir à une administration civile, a annoncé samedi 11 avril, le mouvement de protestation.

L’appel a eu lieu alors que des milliers de manifestants sont campés devant le siège de l’armée dans le centre de Khartoum, s’engageant à forcer les généraux à céder le pouvoir, tout comme ils ont forcé l’ancien président Omar al-Bashir à quitter ses fonctions il y a exactement un mois. Les discussions sur la principale demande des manifestants concernant la création d’un organe dirigé par des civils pour superviser une transition de quatre ans ont été bloquées pendant des jours, l’armée insistant pour détenir une majorité dans tout nouvel organe dirigeant. « Nous avons reçu un appel du conseil militaire pour reprendre les négociations », a déclaré l’Alliance pour la liberté et le changement dans un communiqué.

À la fin du mois dernier, l’alliance, qui réunit des organisateurs de manifestations, des groupes d’opposition et des groupes rebelles, a présenté aux généraux ses propositions pour une transition menée par des civils. Mais les généraux ont exprimé « de nombreuses réserves » sur la feuille de route de l’alliance. Ils ont souligné son silence sur la position constitutionnelle de la loi islamique sur la charia, qui était le principe directeur de toutes les lois sous le régime de Bashir, mais qui est un anathème pour des groupes laïques comme le Parti communiste soudanais et certaines factions rebelles de l’alliance. « Nous avons identifié les points de discorde avec le conseil militaire et … des pourparlers décisifs tourneront autour (de ces points, Ndlr) à chaque réunion », a déclaré l’alliance dans son communiqué. « Nous voulons tenir les pourparlers rapidement et régler tous ces points dans les 72 heures », a-t-il ajouté, sans préciser quand les négociations reprendraient.