Soudan : le Conseil militaire de transition invite l’opposition à reprendre les négociations

KHARTOUM, (Xinhua) — Le Conseil militaire de transition (CMT) du Soudan a invité les principales forces d’opposition à une réunion prévue dimanche pour discuter des dispositions de la période de la transition et de la formation d’un gouvernement civil, a annoncé samedi l’opposition.

“Nous avons reçu un appel du CMT pour reprendre les négociations”, a indiqué dans un communiqué la principale coalition d’opposition, l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC).

“Nous les avons informés que l’ancienne approche ne correspond pas aux demandes du peuple soudanais sur le salut et la réalisation des objectifs de la révolution le plus rapidement que possible”, a noté le communiqué.

L’ALC a fixé un délai de 72 heures pour trouver un accord avec le CMT sur les points en suspens, dont la formation d’un Conseil de souveraineté conjoint, la durée de la période transitionnelle et l’affiliation des corps militaires, a ajouté le texte.

Les points de divergence seront discutés définitivement avec le CMT, a souligné l’ALC.

Le 2 mai, l’ALC a soumis au CMT un document constitutionnel qui formule plusieurs propositions sur les institutions et les dispositions de la période de transition.

Le document suggère notamment que le futur Conseil de souveraineté conjoint soit composé de 15 membres, dont huit représentants civils et sept représentants militaires. Il demande également la formation d’un gouvernement civil comptant 17 ministres, et réclame que le gouvernement civil ait le pouvoir de décréter l’état d’urgence.

Le CMT a cependant émis quelques réserves sur certains points de ce document, avait déclaré le général Chamseddine Kabbachi, porte-parole du CMT, tout en laissant ouverte la possibilité de parvenir à un compromis sur ces points contentieux, citant les sources de la législation, la durée de la période de transition ou encore les pouvoirs du futur Conseil de souveraineté.

Le CMT, présidé par le général Abdel-Fattah al-Bourhane, est chargé de gérer les affaires du pays après l’éviction le 11 avril du président Omar el-Béchir.